Les amis

Le site www.eecho.fr

Pourquoi ? C’est un lien qui vous permet de comprendre pourquoi Bernard SCHERRER vient nous donner une conférence sur Marie-Madeleine à la Résurrection le 1er juin 2020 pour le Pèlerinage de Pentecôte.

 En effet, comme une suite au colloque d’août 2019, à Roc-Estello du Plan d’Aups, « Les pierres même parleront »,

http://www.rocestello.fr/session-les-pierres-meme-parleront.html

grâce à Bruno DINEUR, son responsable et également adhérent à l’ASTSP,

notre association a pu l’inviter pour le lundi 1er juin 2020..

Et cette conférence s’inscrit dans une perspective d’un autre colloque à Rome, en octobre 2020 sur le 1er siècle chrétien. Affaire à suivre donc !

Bernard SCHERRER, de l’association Eecho, est le « bras droit » de Pierre PERRIER, et il parle en quelque sorte pour lui, car Pierre, par son grand âge, a désormais la voix fatigable.

Présentation de Pierre PERRIER :

Né en 1935, Pierre Perrier a été responsable de recherche et d’études avancées dans l’industrie aéronautique. Élu en 1990 membre correspondant de l’Académie des sciences, il est délégué général de l’Académie des technologies.

Avec les Églises orientales et en s’appuyant sur les travaux de Marcel Jousse, il développe depuis quarante ans, en France, les études sur l’oralité évangélique araméenne dans l’Église judéo-chrétienne primitive. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages dont Évangiles de l’oral à l’écrit (Fayard – Le Sarment, 2000), Les colliers évangéliques (Fayard, 2003), La transmission des Évangiles (Sarment – Éditions du Jubilé, 2006), Thomas fonde l’Église en Chine (65-68 après Jésus-Christ) (Sarment – Éditions du Jubilé, 2008), L’apôtre Thomas et le prince Ying (Kong Wang Shan) : L’évangélisation de la Chine de 64 à 87 (Sarment – Éditions du Jubilé, 2012), L’Évangile de la miséricorde : Avec les chrétiens d’Orient (L’évangile au Cœur, 2015).

Source : ce très intéressant article sur les langues de nos Évangiles ici :

https://www.lerougeetlenoir.org/opinions/les-inquisitoriales/entretien-avec-pierre-perrier

 Pierre PERRIER et Bernard SCHERRER collaborent à une association, Eecho, née en 2007, elle regroupe différents chrétiens d’Orient et d’Occident, qui œuvrent à un même sujet : connaître et faire connaître nos sources, les lettres d’Eecho signifient « Enjeux de l’Étude du Christianisme des Origines »

Pour découvrir le site lui-même : http://www.eecho.fr/category/actualite/

Voici quelques liens pour vous donner idée des recherches de Pierre PERRIER :

https://www.youtube.com/watch?v=pnRBtdPvCF0: colloque avec l’AED (aide à l’Église en détresse) où il parle en 2012 de la fondation de l’Église de Chine par saint Thomas.

https://www.youtube.com/watch?v=zWwpQb6HT8Q : colloque où il parle en 2016 sur l’Évangile de la Miséricorde.

https://www.youtube.com/watch?v=lN45fUxSPT4 ; conférence en Avignon en 2019, où il parle sur De l’enseignement de Jésus à la transmission des Évangiles.

Histoire de ces recherches : Il y a plusieurs décennies, avant-guerre, plusieurs personnes se sont intéressées à notre mode d’apprentissage du langage etc. bref à l’apprentissage oral rythmé par des gestes et des séquences comme des vers (contes, histoires transmises, fables, griots, théâtre, etc. Et donc, Évangiles appris par cœur).  D’autres se sont intéressées aux langues des Évangiles, entre autres, le Cardinal TISSERANT dont la Bibliothèque diocésaine de Nancy est l’heureuse héritière !

Beaucoup de recherches et donc beaucoup de pistes ouvertes : parmi elles, celle de Marcel Jousse (1886-1961), précurseur en France des études sur l’oralité des évangiles, en lien avec les études araméennes, pour qui l’École d’anthropologie française a créé une chaire en 1932 !

« L’École d’Anthropologie a créé pour Jousse une chaire d’anthropologie linguistique. Le thème de cette première année est : « L’origine du langage et le mimisme humain ».

Pour voir comment c’était : http://www.marceljousse.com/gerard-rouzier-rejoue-cours-jousse/ »
(voir aussi http://classiques.uqac.ca/classiques/jousse_marcel/lois_psycho_physiologiques/lois_psycho_physiologiques.html

Et l’ Association Marcel Jousse qui gère ses œuvres http://www.marceljousse.com/,

108, avenue Denfert Rochereau 75014 PARIS, nous donne libre accès aux cours de Marcel Jousse.

Plus tard, Claude Tresmontant a écrit sur le « Christ araméen » et l’a rendu audible par une plus large audience, peut-être ?
Et contrant des exégèses stérilisantes par ailleurs (qui épousent les théories à la mode temporairement), ces chercheurs hors cadres se sont révélés très constructifs.

Marion Duvauchel (de l’observatoire sociopolitique de Toulon, créé par Mgr Rey) signale le lien entre les deux chercheurs hors cadres, Jousse et Perrier : « Parmi eux Pierre Perrier, ses amis syriaques et chaldéens, et une poignée de chrétiens qui ont suivi des lignes de recherches et d’expérimentations ouvertes par ces précurseurs.
Depuis plus de cinquante ans, Pierre Perrier travaille à faire connaître l’Église primitive, apostolique, ses structures, ses modes de transmission, son organisation et son histoire parfois chaotique, fruit de persécutions continuelles.
L’intuition de Marcel Jousse, il va l’établir définitivement dans la somme que constitue Karozoutha, (fruit d’une collaboration de sept ans avec Mgr Alichorant) et la vérifier expérimentalement, relayé par d’autres, qui se sont agrégés peu à peu, selon ces deux directions de travail : celui de la pensée ou de l’expérimentation.
 »

Source : https://osp.frejustoulon.fr/une-tradition-francaise-chretienne-dintelligence-vers-un-renouveau/

Cette méthode est gestuée, rythmée, portée par tout le corps et donc, chacun peut en être imprégné  pour la vie ! En plus, c’est à la fois gracieux, précis dans la transmission orale de l’Évangile, et respectueux de la Parole du Seigneur !

Certes il y a plusieurs écoles différentes pour restituer cette imprégnation évangélique, par exemple, à Nancy avec les Oratoriens, c’est la fraternité Saint-Marc qui prend en charge cette méthode et apparemment, c’est sur une traduction d’Anne Frinking à partir du texte grec et les versets sont cantillés sur des tons orthodoxes, avec de beaux gestes et les enfants (et les grands) aiment énormément.

Pour écouter, c’est là : https://www.frigolet.com/cantillation-de-la-parole

Pour savoir comment c’est fait à Nancy, avec la fraternité Saint-Marc locale, très hébraïsante, c’est là : https://bibleorale.org/

Vous pouvez encore cliquer avec profit sur les liens vers les documents suivants :

contribution-Pierre-Perrier
De-Certeau-1970

Et pour finir et revenir à notre propre Tradition provençale et faire le lien avec Pierre Perrier,

http://www.eecho.fr/un-vieux-rationalisme-contre-les-traditions-chretiennes/

cet article de Marion Duvauchel.

Fondé en 1974 par Geneviève Péan et le père Jean-Marie Donadeï, le « CAP » regroupe des chrétiens soucieux de transmettre les valeurs auxquelles ils croient par les activités éducatives et culturelles. En 1979, nait le « CAP de Provence », qui rachète l’ancien couvent dans un triple objectif :
ACCUEIL, RESSOURCEMENT, FORMATION
Après le décès de Geneviève Péan (inhumée dans la chapelle en 1993), le noyau responsable est érigé canoniquement en « association privée de fidèles » « Roc-Estello » par l’évêque de Fréjus-Toulon, Monseigneur Joseph Madec, confirmé par son successeur.

  • l’Hôtellerie de la Sainte Baume, les Dominicains
Hostellerie de la Sainte-Baume – 2200, CD 80 Route de Nans
83640 Plan d’Aups – Sainte Baume
hsbaume@gmail.com – 04 42 04 54 84- www.saintebaume.org
  • Sanctuaire Notre-Dame de Grâces
sanctuaire@nd-de-graces.com
  •  Site des pelerinages

http://lespelerinagesdeprovence.org/

  • l’Abbaye de Saint Honorat

http://www.abbayedelerins.com/site/index.php/fr/monuments
http://www.photos-hdr.com/panoramas/360-honorat.html

  • Paroisse de Saint Maximin

http://www.paroissesaintmaximin.fr/

Il s’agit d’un lien vers « L’Association des Amis de la Chapelle Saint Cassien de Cannes [qui]a pour objet la conservation du patrimoine architectural et environnemental de la butte et de la chapelle Saint Cassien de Cannes. Cette butte se situe à l’ouest de Cannes dans le quartier de La Bocca, en bordure de la plaine alluvionnaire de la Siagne. Sur le tertre, au milieu des chênes et des cyprès se trouve l’ancien ermitage dont la chapelle comporte un porche caractéristique des chapelles de la campagne provençale. « 

Cliquer sur le lien suivant pour faire apparaitre le PDF
Editions du Triomphe-Sur les chemins de Cotignac en bd