Trophime

Trophime


C’est saint Paul qui nous parle le premier de Trophime. Il nous dit, dans sa deuxième épître à Timothée (4,20) qu’il l’a laissé malade à Milet. Selon la tradition, il faisait partie des soixante-douze disciples du Christ qui, comme Maximin, furent envoyés porter l’Evangile jusqu’au bout du monde.

 img55_TrophimeIl s’est vu confier la ville d’Arles par saint Pierre. Or Arles est une ville très importante qui avait pris le parti de César contre Pompée en 49 avant JC, avait donc fait le bon choix et s’était retrouvée colonie romaine. Plus tard Constantin aimera y résider. Elle deviendra capitale des Gaules en 395. De par sa situation géographique, elle est le passage imposé pour tout ce qui descend ou remonte le Rhône et un carrefour routier important.

Cette tradition nous est précisée par Raban Maur qui avait à sa disposition en Allemagne de très anciennes « Vies », documents essentiels et dont malheureusement beaucoup ont disparu, qui lui ont permis d’écrire les « Vies » de Marie-Madeleine et de Marthe dans lesquelles on retrouve Trophime.

Mais ce n’est pas ce qu’a dit Grégoire de Tours, historien pourtant décrié, qui met à mal la tradition en quelques lignes et qui est souvent pris, hélas, comme référence, lorsque ses écrits vont dans un sens qui convient à nos détracteurs.

Voir l’article: Pourquoi Grégoire de Tours se trompe
Introduction du Christianisme en Gaule.